Chapitre 1 : Manifestation contre « Le mariage pour tous »

manif chap 1

Mais qu’est-ce qui m’a pris de passer par là ! C’est de ma faute aussi, ne jamais écouter les infos. Depuis des mois, les gens se bagarrent pour ou contre le mariage des homos, et toi, tu passes par-là, par hasard, mais sur quelle planète tu vis, ma pauvre fille ? Léa s’engueule. On n’a pas idée de se faire prendre là-dedans !

Une foule immense piétine vers l’Arc de Triomphe, direction les Champs-Élysées.

Ce monde, ces cris, ces pancartes, ces drapeaux, de loin comme ça, une manif sympathique avec des enfants et de la couleur rose. Mais de près, Léa sent la tension, le rapport de force engagé.

Elle vérifie sa tenue dans une vitrine. L’écharpe bien sur le nez, il fait froid, ça fait ressortir mes yeux, belle couleur.

Léa se sent jolie, quand même. Quand même quoi ? Qu’est-ce que j’ai ? Je déprime ?

Qu’est-ce qui ne va pas dans ma petite tête ? C’est la manif, j’ai horreur de tout ça, je déteste la foule. Et puis, je suis pressée, c’est peut-être dimanche, mais je vais travailler, moi je n’ai personne pour payer mes études.

La foule, si dense, la contraint à raser les murs des immeubles, et même comme ça, c’est difficile. Léa baisse le nez, invisible, oui, transparente, ne voir personne, ne croiser aucun regard.

 

Ma rencontre avec Léa

intro2

Ma rencontre avec Léa

Ma fonction m’amène à entendre bien des récits émouvants. Confidentiels, ils sont destinés à l’oubli.

J’ai choisi de partager avec vous celui de Léa, tant il me fut saisissant.

Cinq longs entretiens.

Dès la première rencontre, j’y pense sans cesse. Je ne peux m’en empêcher. J’en parle à des proches. Maladroitement sans doute, car leurs réactions me mettent en colère. Je me dis qu’ils ne comprennent rien. Alors, entre chaque rendez-vous, j’ai commençé à écrire l’histoire de Léa. J’obéis à un mouvement intérieur qui me dépasse.

Un père, une mère, un enfant.

De qui est-on l’enfant ? De qui suis-je l’enfant ? Que fait l’enfant de l’histoire de ses parents ? Demande Léa

J’ai fermé les yeux. Je l’ai imaginé courant à travers Paris et sa banlieue, se heurtant sans cesse à ce débat qui a enflammé la société française, en ce mois de mars 2013 : les grandes manifestations contre le mariage dit « pour tous ».

Voix des copains, cris de la rue, chuchotements, confidences, opinions, désirs et ragots, tapage d’un débat sans fin, questionnements.

Cela commence justement comme ça. Léa dans un vacarme de manifestation le dimanche 24 mars 2013.